EDUCATION

Atelier de présentation du rapport de suivi d’insertion sociale professionnelle des sortants de l’enseignement supérieur et de l’enseignement Technique.

Les résultats de l’enquête menée par le secrétariat permanent technique sur le suivi des diplômés de l’enseignement supérieur et ceux de l’enseignement technique et de la formation professionnelle révèle l’étroitesse du marché de l’emploi au Togo. Cette situation s’explique par un certain nombre de facteurs notamment  l’inadéquation formation et emploi due au déficit de la qualité du système éducatif. L’enquête a porté sur 2806 diplômés dont 1917 de l’enseignement supérieur et 889 de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Elle a également montré que les sortants de l’enseignement supérieur et de l’enseignement technique n’ont pas les mêmes chances d’insertion sur le marché de l’emploi selon leur niveau d’étude et qualification ainsi que selon le genre et le handicap. A cela s’ajoutent, le faible dynamisme de l’économie et une insuffisance de l’investissement public et privé.

Au Secrétariat Technique Permanant du PSE, on estime que les  résultats de cette 2è enquête montrent une amélioration par rapport aux données collectées lors de la première enquête. Selon Monsieur AKAKPO-SENA Yawo Secrétaire Technique Permanant du Plan Sectoriel de l’Education : « On a encore beaucoup d’effort à faire et puisque les résultats nous montrent que les apprenants qui sont dans les filières de lettres et sciences humaines  sont toujours les plus nombreux à être confronté au chômage, puisque les filières identifiées et qu’on croyait porteuse se révèlent être en fin de compte des filières qui ne sont pas vraiment recherchées sur le marché et les apprenants de ces filières sont confrontés à des difficultés. Il s’agit notamment des filières de secrétariat de direction, assistants de direction, les filières de communication ce qui est tout à fait étonnant mais c’est ce que l’étude révèle » Il apparait donc clairement que l’un des facteurs de l’étroitesse du marché de l’emploi au Togo reste l’inadaptation emploi-formation car les universités continuent de former des milliers de chômeurs chaque année. Cette situation s’explique notamment par la lenteur de la mise en œuvre des réformes curriculaires dans le système éducatif, la prépondérance de l’offre de formation privée dans les filières tertiaires techniques et professionnelles, l’absence d’un mécanisme efficace d’orientation scolaire et professionnelle et la recherche du profit de la part de l’enseignement supérieur privé.

Au vue de ces résultats, une nouvelle approche s’impose pour corriger le tir et préparer le terrain pour les futurs demandeurs d’emploi. C’est dans ce sens que l’étude recommande entre autre que l’Etat renouvèle le matériel dans les filières industrielles et  qu’une conférence annuelle sur l’orientation dans le supérieur et l’enseignement  technique soit organisée. D’autres recommandations pertinentes ont été formulées à l’endroit des écoles de BTS et des techniciens des ministères ainsi qu’à la commission éducation à l’Assemblée nationale.il y a encore de l’espoir pour les futurs demandeurs d’emploi si ces recommandations sont véritablement prises en compte dans les actions urgentes et prioritaires des différentes entités.

 

 

 

 

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *