EDUCATION

Lancement du Forum Virtuel des EduPreneurs (3ème Edition) à Cotonou

Lancement du Forum Virtuel des EduPreneurs (3ème Edition) à Cotonou

Nous (EDUC-AFRIQUE) avons participé à cette cérémonie de lancement en direct depuis Cotonou pour I ’intérêt de nos frères et sœurs élèves, étudiants, diplômés en particulier nos parents qui sont les premiers perdants dans cette histoire de chômage.

Dr Kokou AWOKOU, Enseignant chercheur en science de l’éducation et en ingénierie de formation à I‘Université de Lomé et de Kara, Consultant national de I’UNESCO et Expert de TICE a animé le thème de cette édition intitulé : « Les EduPreneurs à l’ère du numérique ».

Le conférencier a donné une brillante communication suivie d’une discussion très riche en idées et en informations à l’endroit des participants.

Voici quelques propos du conférencier :

« Nous dépensons beaucoup du temps á faire des choses qui ne sont pas essentielles, donc inutiles pour les enfants, apprenants et les élèves. Tant que nos enseignants/ professeurs auront devant eux 6000,8000 étudiants, 10.000 enfants à évaluer ils resteront improductifs, inefficaces. lls ne pourront pas produire les résultats que nous attendons d’eux; N’attendez pas de nous (enseignants, chefs de département, Recteurs, dirigeants de l’université, etc..) des miracles, des résultats ou changements spectaculaires parce qu’il y a des pesanteurs(internes et externes) qui nous bloquent dans notre mission, nous sommes limités et nous ne disposons surtout pas des outils qu’exigent le 21è siècle, L’éducation est une question très sérieuse raison pour laquelle nous devons arrêter de la confier uniquement à I ’Etat. Nous devons dépolitiser l’éducation et la rendre citoyenne, car c’est l’avenir d’une nation. »

Il ressort de notre participation et des discussions que l’utilisation du numérique à l’école ou à l’université n’aura aucun effet tant que :

– nos universités ne changeront pas de fonctions, de rôles ;

– les curricula de formation ne subiront pas de réformes au sens réel du mot ;

– nos universités vont continuer à donner des connaissances des années d’indépendance aux élèves et étudiants ;

– nos enseignants, nos professeurs d’université vont se limiter à donner la connaissance, ‘information aux étudiants sans aller au-delà ;

– notre système éducatif restera théorique et ne produira que des théoriciens nous aurons des jeunes diplômés qui ne pourront rien faire en dehors de parler la langue de Molière après plusieurs années d’études universitaires, après l’obtention des diplômes universitaires.

– nous allons continuer à former les jeunes étudiants à aller écrire des CV, des lettres de motivation, à chercher d’emploi ;

– nos enfants continueront à aller à l’école, à l’université sans savoir pourquoi ils y vont, nous allons toujours parler chômage.

 Autant de défis pour que les réformes aboutissent, pour que nous ayons les avantages de l’utilisation du numérique dans nos écoles et à l’université. Le conférencier et l’ensemble des participants ont fait quelques propositions de solutions :

  • Vu le nombre de diplômes qui rentrent chaque année sur Le marché de l’emploi en Afrique francophone (7 à 10millions). Nos universités en particulier décideurs doivent prendre au sérieux le sujet et offrir des formations qui cadrent avec les besoins des employeurs en particulier des entreprises de demain.
  • L’orientation au sens réel du mot de nos enfants, élèves et étudiants doivent devenir une priorité dans la chaine de l’éducation, de la formation. Les parents doivent aussi savoir que payer les fournitures scolaires, la scolarité et autres ne garantissent plus aux enfants avenir meilleur dans le contexte actuel des choses sauf une orientation vraie selon nos enjeux, besoins réalités,
  • Au-delà de chercher les diplômes, les étudiants doivent aller à la recherche des compétences qu’exigent les entreprises de demain en participant au séminaire, conférence, des ouvrages, s’informer, s’actualiser, etc.
  • Au-delà de chercher les diplômes, les étudiants doivent chercher à remplir conditions et critères pour postuler des Concours, a des recrutements à l’échelle internationale,
  • Que la recherche des diplômes ne doit plus être le seul but ou le premier objectif à atteindre par un étudiant qui s’inscrit à l’université mais la recherche des compétences dont les entreprises de demain ont besoin, que les différents ministères de l’éducation doivent travailler en étroite collaboration avec les ministère en charge du numérique pour offrir aux étudiants les outils nécessaires à l’utilisation du numérique et des connaissances, informations susceptibles de garantir un avenir réel, meilleur aux étudiants à la fin de leur formation, Nous devons passer à l’évaluation des compétences lors des examens nationaux (CEP. BEPC, BAC), lors des soutenances de mémoire (Licence, Master, etc.), car nous sommes à l’ère du numérique en particulier au 21e siècle.

Par ce message, EDUC-AFRIQUE remercie tous les EduPreneurs, les autorités qui ont répondu présent à cette cérémonie, les différents partenaires pour leur engagement,

Leur volonté à renverser la tendance.

Merci à toute l’équipe d’organisation, Impact communication assuré le Live Facebook sans oublier tous les autres ont contribué à la réussite cérémonie de lancement la conférence inaugurale.

Ensemble nous pouvons!

#3ème_Edition_du_Forum_Virtuel_des_EduPreneurs

#KWAMIVI’S KYW

EDU_AND_EVENTS

#Cérémonie de lancement conference inaugurale

EDUC-AFRIQUE vous promet le meilleur dans cette lutte !

EDUC-AFRIQUE, L’AFRIOUE QUI GAGNE!

A lire également